Les chroniques d’une enseignante:Et si l’on créait des liens

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En mars dernier, je suis allée passer un après-midi à l’école Sainte-Famille/Aux Trois-Chemins de Thurso située sur le territoire de la commission scolaire au Coeur-des-Vallées pour découvrir une école qui favorise le développement des liens entre les intervenants et les apprenants.

Cette école secondaire offre quatre volets spécialisés pour répondre aux différents besoins de leur clientèle. On retrouve le volet COM, le Pré-DEP, la Formation préparatoire au travail et la Formation à un métier semi-spécialisé. Pour connaitre les buts de chaque programme, la clientèle visée ou toutes autres informations, veuillez consulter le blogue de l’école au http://ecole-trois-chemins.blogspot.ca/.

 

Toute une équipe travaille jour après jour pour aider ces adolescents à croire en eux et apprendre à rêver de nouveau. Des élèves ayant vécu plusieurs échecs scolaires influençant du même coup leur comportement et leur estime de soi. Le défi est de taille, certes, mais tous les membres de l’équipe sont prêts à le relever. Une équipe, constituée, de vingt et un enseignants, deux orthopédagogues, cinq techniciens en éducation spécialisée, une conseillère en orientation, deux orthophonistes, deux psychoéducateurs, une infirmière, une travailleuse sociale, un psychologue, deux cuisiniers, un surveillant d’élève, une animatrice à la vie spirituelle et à l'engagement communautaire, une animatrice communautaire, une secrétaire, une agente de bureau, un directeur adjoint et bien entendu un directeur. Tous les intervenants, travaillant à temps plein ou partiel, adhèrent à la même philosophie : développer un lien d’attachement significatif avec les 240 élèves avant même de penser au développement des connaissances.

 

Selon Wikipédia, « la théorie de l'attachement est un champ de la psychologie qui traite des relations entre êtres humains. Son principe de base est qu'un jeune enfant a besoin, pour connaître un développement social et émotionnel normal, de développer une relation d'attachement avec au moins une personne qui prend soin de lui de façon cohérente et continue. » Pour réussir cet exploit, l’école utilise une démarche élaborée par le Docteur Gordon Neufeld, psychologue et fondateur de Neufeld Institute à Vancouver (http://www.gordonneufeld.com/) : « Ce n’est pas tant ce que nous faisons comme enseignant ou intervenant, mais plutôt qui nous représentons pour nos élèves qui feront la différence. »

 

Il faut entrer en interaction avec l’élève, le reconnaître comme individu et lui permettre d’ÊTRE. Chaque comportement de l’intervenant à son importance : accueillir les apprenants, démontrer un intérêt et surtout, les accepter tel qu’ils sont. « Au-delà de la beauté, de l’intensité ou de l’ampleur des sentiments…, il y a la relation. » (Jacques Salomé)

 

L’école a reçu une subvention pour aménager la cour d’école et elle a développé un partenariat avec la municipalité pour utiliser les infrastructures déjà existantes. C’est ainsi que les adolescents peuvent jouer au hockey dans l’aréna ou sur la patinoire extérieure. Deux terrains de volleyball sont disponibles et l’année prochaine, la patinoire extérieure sera utilisée comme terrain de basketball, excepté lors de la saison hivernale. En plus des sports, l’école offre plusieurs activités autant artistiques, récréatives, culturelles qu’entrepreneuriales. En discutant avec une ancienne élève, qui profite de la journée « cabane à sucre », pour venir saluer ses amis et anciens enseignants, elle me partage avoir vécu les plus belles années de sa vie, ici.

 

Après ma visite, j’ai discuté avec Carole Ménard, qui accepte de partager son expérience en tant qu’adulte responsable d’un adolescent en famille d’accueil : « Mon adolescent devait aller à l’école Sainte-Famille/Aux Trois-Chemins pour répondre à ses besoins particuliers. Au début, je ne voulais pas l’envoyer dans cet établissement puisque j’avais entendu de mauvais commentaires. Toutefois, ce fut une très belle expérience. Les deux années vécues dans cette école l’ont changé. Les comportements négatifs envers l’école ont cessé radicalement. Il a vécu de beaux succès ce qui a contribué à raviver sa motivation scolaire. Aujourd’hui, cet adolescent devenu adulte veut continuer ses études pour apprendre un métier. Ce qui auparavant ne faisait pas partie de ses plans. Mes craintes n’étaient pas fondées! »

 

Bien entendu, même si entrer en interaction avec les autres est un besoin fondamental, ceci ne représente pas une tâche facile. En tant qu’intervenant il faut être à l’écoute de l’autre, mais de soi également. Il est important de trouver sa zone de confort et de la respecter. Ce qui est merveilleux dans cette approche, c’est que nous pouvons lui donner les couleurs de notre personnalité. Martin Sabourin, un enseignant de l’école, gratte sa guitare lorsqu’il surveille le matin : « Au début, j’apportais ma guitare pour passer le temps, mais j’ai vite découvert que ça créait un lieu de rassemblement où il faisait bon être. Les jeunes viennent chanter et même jouer des instruments eux aussi! » Merci à toute l’équipe pour votre excellent travail et surtout pour montrer aux adolescents que l’école peut changer et s’adapter!

 

Manon Pagé

Leschroniquesduneenseignante@hotmail.ca

Organisations: école au http, école Sainte-Famille

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires