L'élargissement de l'autoroute 50 est «plus facile à vendre par phases»

Publié le 15 février 2017

Le député de Papineau, Alexandre Iracà, croit qu'il est plus facile de vendre le projet de l'élargissement de l'autoroute 50 en y allant par phase.

©Photo TC Media- Archives

POLITIQUE. Selon le député de Papineau, Alexandre Iracà, élargir l'autoroute 50 par phases peut augmenter les chances que ce projet se retrouve dans le plan d'infrastructures du Québec (PQI) plus rapidement.

«Une fois qu'elle est dans le PQI, ça devient automatiquement une priorité gouvernementale», indique-t-elle.

Il rappelle que lors de la construction de l'autoroute 50, le gouvernement fédéral avait injecté de l'argent, et ce, même si elle avait été construite par phases. Il croit que ce sera la même chose cette fois-ci. «En y allant par phase, ça peut aider à entrer plus rapidement dans le PQI, car ça demande moins d'investissement et une fois que le train est en marche, on va jusqu'au bout», indique-t-il.  

Il souligne d'ailleurs avoir reçu une lettre de tous les députés fédéraux de l'Outaouais qui demandent au gouvernement québécois d'élargir l'autoroute 50.  

Aujourd'hui, une motion a été présentée à l'Assemblée nationale qui requiert du ministère des Transports du Québec de remédier à la dangerosité de plusieurs tronçons de l'autoroute 50 en procédant à son élargissement. Cette motion a été adoptée unanimement.  Elle se lit comme suit «Que l’Assemblée nationale prenne acte de la dangerosité de plusieurs tronçons de l’autoroute 50 pour ses usagers; Qu’elle déplore les nombreuses pertes de vies humaines sur son tracé; Qu’elle presse le ministre des Transports, de la mobilité durable et de l’électrification des transports d’aller de l’avant rapidement avec le projet d’élargissement à 4 voies de l’autoroute 50, par phases et que ces travaux soient inscrits dans le Plan québécois des infrastructures».

Cette motion a été présentée par le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de l’Outaouais, Stéphane Bergeron. .Fait à noter, les libéraux, qui ont demandé l'ajout des mots «par phases», ont refusé de s'associer à Stéphane Bergeron pour présenter conjointement cette motion, peut-on lire dans le communiqué émis par le bureau de M. Bergeron.

Le député de Papineau est très heureux de «ce nouveau pas dans ce dossier». On pouvait lire sur sa page Facebook : de la politique comme je l'aime: sans partisanerie. Nous avons travaillé en collaboration avec l'opposition officielle pour présenter une motion qui a été adoptée à l'unanimité par tous les députés de l'Assemblée nationale.

Selon lui, les tronçons à prioriser pour l'élargissement seront sélectionnés en lien avec la sécurité et le débit de circulation.