Le parc Gendron sera clôturé pour les chiens sans laisse


Publié le 16 février 2017

©Photo TC Media - Archives

CHIENS. Le conseil municipal de la Ville de Gatineau a adopté une résolution visant à clôturer le parc Gendron, dans le secteur Buckingham, afin qu’il puisse accueillir des chiens sans laisse.

La résolution fera en sorte que Gatineau investira 25 000 $ pour l’aménagement de ce nouveau parc à chiens, dont 20 000 $ provient du budget du Service des travaux publics et 5 000 $ du budget discrétionnaire du conseiller du district, Martin Lajeunesse, qui a proposé l’initiative. «Dès que la neige sera partie, je veux qu’on procède à l’installation de la clôture pour pouvoir recevoir les propriétaires de chiens», informe M. Lajeunesse qui ajoute qu’un protocole d’entente pour la gestion du parc devra être négocié entre la Ville de Gatineau et l’Association des propriétaires de chiens de Buckingham (APCB).

Dès que le parc Gendron sera clôturé, M. Lajeunesse indique que les chiens ne seront plus les bienvenus dans le parc Lanthier, où leur présence était jugée «dangereuse» par le conseiller, en raison des résidences dont la cour arrière n’est pas clôturée et que les chiens s’aventuraient parfois. «La majeure partie des gens de l’APCB sont vigilants et propres, mais n’empêche qu’on était face à une situation où trop de personnes venaient et n’avaient pas de contrôle sur leur chien», explique-t-il pour justifier la décision d’interdire la présence des canins au parc Lanthier.

L’APCB est heureuse de voir qu’il y a une volonté de la municipalité d’améliorer les choses, mais ce n’est pas ce qu’elle a fait en prenant la décision de «transporter le problème ailleurs», selon le président Peter Alexander. «Il veut nous construire un parc à chiens en espérant que tous les gens qui vont au parc Lanthier vont aller au parc Gendron. Il rêve en couleur et ça ne va pas se passer. Le parc Gendron est beaucoup plus petit que le parc Lanthier.» Il ajoute que la Ville n’a «jamais tenu compte de l’avis des résidents qui ont acheté une maison autour du parc Lanthier justement parce que c’est un parc à chiens», mais seulement de ceux qui se sont plaints de la présence des canins. 

M. Lajeunesse répond qu’il est impossible de faire plaisir à tout le monde, mais qu’il croit que le parc Gendron, avec une clôture, est mieux adapté pour recevoir les chiens sans laisse. «Le parc Gendron est dos au parc municipal et il n’y pas de maisons collées sur le parc. Il y a deux résidences face au parc, mais la problématique va être moindre. Il y aura une clôture pour s’assurer que les chiens ne courent pas partout», dit-il en précisant qu’il y a d’autres parcs où les chiens sont permis, comme le parc Pearson et Brady. 

Au désarroi de l’APCB, le parc Lanthier va retrouver sa vocation. […] Malheureusement, les chiens ne seront pas permis dans le parc Lanthier. -Martin Lajeunesse

L’APCB rappel que 1060 citoyens ont apposé leur signature sur une pétition demandant à ce que «le parc Lanthier reste accessible aux chiens, que d’autres parcs à chiens, comme le parc Gendron, soient créés et que la Ville se dote d’une politique animalière cohérente.» M. Alexander est aussi étonné de voir que l’enveloppe budgétaire pour l’aménagement du parc Gendron n’est que de 25 000 $, alors que «le seul autre parc clôturé de Gatineau, le parc Paul-Pelletier situé à Aylmer, a coûté 185 000 $. […] Je ne suis pas certain qu’on pourra faire grand-chose avec 25 000 $», soutient M. Alexander qui aimerait voir au parc Gendron, entre autres, des enclos différents pour les petits et les gros chiens, des bancs pour s’asseoir, un sol recouvert de pierres de roche, deux entrées à double porte, l’électricité et une arrivée d’eau. 

«Comme c’est là, il y a seulement une clôture de prévue au parc Gendron. […] Je vais travailler avec l’APCB pour voir si on peut faire une aire d’exercice canin ou est-ce qu’on pourrait faire ça ailleurs», s’engage M. Lajeunesse qui précise que le parc Paul-Pelletier a coûté plus cher puisqu’on y retrouve une aire d’exercice canin avec des aménagements. «Il y a beaucoup de propriétaires de chiens et ils sont mal desservis», avoue M. Lajeunesse qui souhaite travailler avec eux pour améliorer la situation. 

Le 20 mars, la Ville de Gatineau tiendra une présentation sur la situation des chiens dans ses parcs. Selon le conseiller municipal de Masson-Angers, Marc Carrière, il n’y avait pas d’urgence d’agir aussi vite et il aurait été préférable d’attendre après cette présentation pour proposer quelque chose. «Pour moi de traiter à la pièce comme ça, c’est de la mauvaise gestion. Je pense qu’il faut être beaucoup plus stratégique et qu’on s’est contenté de peu quand on peut faire mieux», croit celui qui a inscrit sa dissidence lors de l’adoption de la résolution concernant l’aménagement du parc Gendron. «Présentement, on ne fait que déplacer un problème et on l’amène ailleurs. On a besoin de plus qu’un enclos pour les chiens», conclut-il.

L’APCB tiendra son assemblée générale annuelle, le 22 février à 19h, au Centre de services de Buckingham avant de s’entretenir avec la Ville de Gatineau pour parler du dossier prochainement.