Le Festival country de Bowman / Val-des-Bois renaîtra de ses cendres

Benoit Sabourin benoit.sabourin@tc.tc
Publié le 11 juillet 2012
Jérôme Larocque et Noëlla Lagacé reprennent les rênes du Festival country de Bowman / Val-des-Bois.
Benoit Sabourin

Un an après avoir abandonné l’organisation de l’un des plus grands événements musical et touristique de la région, Jérôme Larocque et Noëlla Lagacé reprennent les rênes du Festival country de Bowman / Val-des-Bois. Le retour de l’événement est attendu du 26 au 30 juin 2013, a appris en exclusivité Le Bulletin.

Le couple avait pris la décision l’an passé de tirer la corde après quatre années d’organisation. La fatigue et le travail avaient pris le dessus. «Nous étions fatigués, a confié Noëlla Lagacé. Mais on a reçu beaucoup d’appels et de courriels depuis l’an passé et on se disait qu’on ne pouvait pas lâcher complètement. Il fallait revenir, surtout qu’on aime ce qu’on fait. On est vraiment content d’être de retour.»

Les deux passionnés de country sont maintenant bien de retour en selle. Les préparatifs ont déjà commencé et la tâche risque d’être ardue puisque deux années se seront écoulées en 2013 depuis la dernière programmation. Avec leurs deux filles et une équipe de bénévoles acharnés, M. Larocque et Mme Lagacé ont déjà entrepris la publicité afin de rapatrier les festivaliers dans le secteur. «Il faut aller chercher notre monde, lance Mme Lagacé. On n’a pas le choix.»

Les régions de l’Abitibi, Val-d’Or, Montréal, Maniwaki, Grand-Remous et Gatineau seront notamment ciblées par les organisateurs, qui accueillaient bon an mal an près de 400 motorisés sur leur terrain pendant le week-end. Le site du festival demeurera celui du chemin Lièvre Nord à Bowman.

Le couple compte annoncer la programmation officielle en février 2013. Une vingtaine d’artistes seront invités.

Quant aux dates de l’événement, elles ont été sélectionnées en fonction des autres événements musicaux de la région. Autrefois, le Festival country de Bowman / Val-des-Bois avait lieu à la mi-août. «La fin de juin, c’est une belle période où il n’y a rien qui se passe en Outaouais, explique M. Larocque. On a essayé d’être stratégique. En plus, beaucoup de gens viennent dans la région pour faire la tournée des festivals. C’est juste au bon moment.»