Hugo Gamache : le «héros obscur» des Flames


Publié le 16 février 2017

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

JUNIOR AAA. Le défenseur des Flames de Gatineau, Hugo Gamache, est «un genre de héros obscur», selon son entraîneur Jean-François Lavergne.

Le joueur originaire de Val-d’Or en Abitibi s’est joint au club en début de saison et impressionne l’entraîneur-chef des Flames depuis son arrivée. «C’est un gars très fiable défensivement et je pourrais l’opposer au meilleur trio adverse à chaque présence. Il nous amène aussi beaucoup d’aide à l’offensive. C’est souvent celui qui relance l’attaque et je peux compter sur lui à chaque match. Ce n’est pas un sac à surprise et je sais qu’il va faire le travail à chaque match parce qu’il est constant», souligne M. Lavergne qui précise que les efforts de Gamache ne sont pas toujours remarqués. «C’est un genre de héros obscur. Ce qu’il fait pour l’équipe ne parait pas tout le temps sur la feuille de pointage. Par exemple, il est souvent la troisième passe sur un but», mentionne-t-il. 

Je parle un peu à tout le monde, mais je n’essaie pas vraiment d’attirer l’attention sur moi. Je suis un bon gars tranquille. -Hugo Gamache

Le fait que son entraîneur le voie comme un «héros obscur» fait sourire Gamache. Celui-ci comprend ce que son entraîneur veut dire en disant cela et c’est un rôle qu’il aime bien camper. «J’aime ça et c’est un beau challenge. Je me concentre sur des petits détails et j’essaie de bien jouer mon rôle en relançant l’attaque. Je suis souvent opposé au meilleur trio adverse et il y a des bons joueurs dans la ligue. J’aime bien ça et je me concentre sur mon jeu défensif», dit celui qui a joué la majorité de son hockey en Abitibi et aux États-Unis.    

Il a joué Bantam AA, Midget espoir et Midget AAA dans sa ville natale avant d’aller jouer aux États-Unis à Northwood pendant deux ans. «C’était une grosse coche en haut de Midget AAA, mais c’était moins fermé que le jeu qu’on retrouve ici avec les Flames», remarque le défenseur qui aime beaucoup jouer pour la troupe buckinoise.

«La plupart des gars viennent de Gatineau et se connaissent depuis longtemps. Les gars ont vraiment été gentils dès le jour 1 et je me suis bien intégré au groupe. Dans le vestiaire, je suis pas mal dans mon coin et je parle un peu à tout le monde, mais je n’essaie pas vraiment d’attirer l’attention sur moi. Je suis un bon gars tranquille», conclut-il.