Sections

Il n’y a pas d’âge pour devenir culturiste


Publié le 6 décembre 2017

Âgé de 58 ans, Daniel St-Jean a remporté une médaille de bronze dans une compétition de bodybuilding face à des athlètes dans la vingtaine.

©Photo gracieuseté

ENTRAÎNEMENT. Âgé de 58 ans, Daniel St-Jean a décidé, il y a 18 mois, de commencer à s’entraîner sérieusement afin de prendre part à une compétition de culturisme. 

Aujourd’hui, il compte déjà deux médailles d’or, une chez les 50 ans et plus et une chez les 40 et plus, ainsi qu’une médaille de bronze obtenue en compétitionnant contre des athlètes dans la vingtaine, au GNC Allmax Ottawa Classic 2017. Son prochain objectif, compétitionner, en juin, au niveau provincial à Toronto. «Je suis une exception, car ma génétique est facile à grossir et ma musculation est jeune», affirme Daniel St-Jean qui s’entraîne cinq jours par semaine au Gym-Max de Buckingham.

 «J’ai toujours travaillé fort. Je n’ai jamais fait de folie quand j’étais jeune, donc pas de party et de drogue. Il faut croire que je me suis conservé d’une certaine façon», suppose l’athlète qui a décidé de se mettre en forme sérieusement à cause de son fils qui le taquinait. «Pour m’agacer, il me disait : Le père, tu es rendu vieux. Tu es rendu grand-père», indique M. St-Jean qui confie avoir été «atteint solidement moralement» par les propos de son fils.

 Il a alors décidé d’approcher l’entraîneur Joey Villeneuve, qu’il connaissait depuis longtemps, afin de suivre un plan d’entraînement et de nutrition avec lui. «Mon moral a commencé à remonter par la suite», explique-t-il en précisant que les résultats escomptés sont arrivés rapidement en mangeant et en s’entraînant adéquatement. «J’étais un bec sucré avant et là j’ai arrêté ça et j’ai commencé à bien manger et je me sens beaucoup mieux […] Au début je pesais 210 livres à 26 % de gras. 18 mois plus tard, je pesais 197 livres à 10 % de gras.»

«Si la santé me le permet, j’ai l’intention de me rendre loin là-dedans», mentionne celui qui, à l’âge de 60 ans, changera de catégorie et aimerait participer à des compétitions de niveau national. En étant compétitif à un niveau élevé à son âge, il espère inspirer les gens de tout âge en leur démontrant qu’il n’y a pas d’âge pour être culturiste et se mettre en forme. «Si je me rends loin, je ne veux pas être connu parce que je suis bon, mais à cause de mon âge», conclut-il.