Sections

Paulette Lalande tire sa révérence


Publié le 20 novembre 2017

Paulette Lalande souhaite que la région continue de grandir et que les citoyens de la MRC de Papineau demeurent des gens heureux.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

ÉLECTIONS. Après 22 ans en politique, dont 20 en tant que mairesse de Plaisance et 15 comme préfète de la MRC de Papineau, Paulette Lalande quittera officiellement ses fonctions politiques le 22 novembre. Le journal La Petite-Nation l’a rencontré pour parler de sa carrière et aussi de sa région. 

«J’ai adoré mes 15 années comme préfète. J’ai toujours aimé la politique et la politique m’a toujours aimée aussi. J’ai eu énormément de chance, mais il faut dire que je suis fonceuse et que j’ai toujours été tenace dans ce que je faisais», dit-elle en se remémorant la visite du ministre Claude Béchard, décédé aujourd’hui, pour l’inauguration du Parc national de Plaisance. Il avait alors mentionné : «Si Paulette vous téléphone, dite lui Oui tout de suite. Parce que de toute façon, si vous lui dites Non, elle va finir par vous avoir à l’usure et vous faire dire Oui», raconte Mme Lalande en disant que cette déclaration de M. Béchard la représente bien. «Ça m’avait marquée», confie Mme Lalande qui dresse un bilan positif de sa carrière où elle a manœuvré de nombreux dossiers. «Je ne me suis jamais ennuyée de toute ma vie, car j’ai toujours été occupée.»

«J’ai réalisé beaucoup de choses, mais on les a toujours réalisées en équipe. Avec tous les maires que j’ai côtoyés en 15 ans, il y en a eu beaucoup, on avait une règle commune et c’est qu’on se respectait, on se complétait et on travaillait ensemble. Ç’a toujours été la règle fondamentale», évoque-t-elle d’entrée de jeu. Pour elle, un autre principe importait beaucoup sous sa gouverne et c’est que «toutes les idées sont bonnes et méritent d’être entendues». Malgré qu’elle laissait place aux débats, elle souligne qu’il n’y a «jamais eu de conseil houleux où les uns étaient contre les autres. Ça ne s’est jamais vu et on finissait toujours par en arriver à un consensus», se réjouit celle qui a été enseignante pendant 35 ans auparavant. Tout comme avec ses élèves à l’école, il était primordial de lever la main pour prendre la parole au conseil des maires, lance-t-elle en précisant que le bon climat de travail a permis de réaliser plusieurs avancements. «Depuis 15 ans, je pense que notre région a grandi énormément»

«Maintenant, on a notre propre identité»

Grâce au travail accompli, Mme Lalande se dit particulièrement fière de voir que la région est de plus en plus reconnue. «Quand je suis arrivée, il y a 22 ans. J’allais à Québec et personne ne savait c’était où la MRC de Papineau. Maintenant quand tu vas à Québec, les gens le savent c’est où la MRC de Papineau. On a créé notre nom et l’Outaouais on prend de plus en plus notre place au niveau  du Québec. Avant, on était souvent considéré comme faisant partie de l’Ontario», indique-t-elle.  «On a la chance d’avoir sur notre territoire des attraits qui sont reconnus à travers le monde, comme le Château Montebello, le Parc Oméga et le Lac-Simon», énumère-t-elle en précisant qu’il est important de miser sur ce genre d’endroits pour faire connaître la région. Selon elle, la MRC de Papineau peut également compter sur un milieu culturel vivant, avec de nombreux artistes dans différents domaines, comme l’aquarelliste Jean-Yves-Guindon qui représente la région à l’international. «La culture, c’est ce qui fait la richesse d’une région et qui la différencie des autres», estime-t-elle. «Pour moi, le sentiment d’appartenance c’est super important et je pense qu’on en a un bon dans la Petite-Nation.»

«Il faut attirer des entreprises»

Au niveau du développement économique, il est primordial de poursuivre les efforts pour attirer des entreprises et plus particulièrement des jeunes entrepreneurs et travailleurs, fait savoir Mme Lalande. «On a Lauzon qui est une entreprise exceptionnelle, mais ils ont de la misère à trouver du personnel.» Pour le bien de l’économie régionale, Mme Lalande est persuadée que le Parc industriel vert de Papineau (PIRVP) doit absolument être développé le plus rapidement possible. «C’est ça qui va faire qu’on va avoir de la richesse chez nous», soutient-elle en soulignant qu’il s’agit d’une première au Québec de voir 24 municipalités s’unir pour former un tel endroit. Mme Lalande mentionne que l’ajout du dernier tronçon de l’autoroute 50, en 2012, a grandement permis de développer la région et qu’il faut continuer à miser sur cet axe routier à l’avenir.

«On prend soin des gens les plus vulnérables»

L’un des enjeux auquel doit faire face la MRC de Papineau est que sa population est de plus en plus vieillissante. «Je pense qu’on est l’une des MRC où les personnes sont les plus âgées au Québec», avance Mme Lalande qui, cependant, souligne que des politiques et des programmes sont en place à cet effet. On a beaucoup d’aînés, mais beaucoup de programmes pour eux et aussi pour les personnes handicapées», dit-elle en faisant référence, entre autres, à l’Atelier de formation socioprofessionnelle de la Petite-Nation (AFSPN) et l’Association pour Personnes Handicapées de Papineau (APHP). «C’est certain qu’on n’est pas une région riche, mais on n’est pas une région pauvre. On est une région où l’on prend soin des gens les plus vulnérables et c’est vraiment l’une de nos forces», croit-elle.  Mme Lalande se dit aussi bien consciente qu’il faut freiner l’exode des jeunes pour rajeunir la moyenne d’âge de la population, par exemple, en offrant davantage de formations de métiers professionnels sur le territoire. «Nos jeunes quand ils s’en vont étudier ailleurs, ils ne reviennent pas. Il faut donner plus de cours dans notre région, pour qu’ils restent ici.»

«On est des gens heureux ici»

Après son départ, Mme Lalande espère que du positif pour les citoyens de sa région. «Je souhaite que la région continue à grandir et qu’on reste nous-mêmes, parce qu’on est des gens heureux ici. Il faut qu’on garde notre sentiment d’appartenance et notre préoccupation de l’autre. C’est ce que je souhaite à ma région. Quand je parle de ma région, je ne fais pas uniquement référence à la MRC de Papineau, mais à l’ensemble de l’Outaouais». Pour terminer, Mme Lalande indique qu'elle prendra six mois pour se reposer et penser à son futur après avoir quitté officiellement ses fonctions le 22 novembre.