Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

15 août 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Les Flames préparent leur troisième saison

JUNIOR AAA. Jean-François Lavergne se souvient bien de son premier match à la barre des Flames de Gatineau. Il l'avait gagné 7 à 6 en fusillade. De quoi lui faire arracher les cheveux de la tête.

Étant un entraîneur qui a toujours prôné le style défensif, l'homme de hockey natif de la Petite-Nation n'a pas caché qu'il y a eu une période d'adaptation à son arrivée dans le circuit junior AAA.

Et même là, je ne veux pas juste qu'on fasse les séries. On peut faire beaucoup plus que juste ça. Après deux semaines, je suis confiant qu'on peut connaître une bonne saison. Je me suis entouré d'assistants que je connais et avec qui j'ai déjà dirigé. Et on a un bon groupe de joueurs. -Jean-François Lavergne, entraîneur des Flames

«J'ai dû mettre de l'eau dans mon vin. On s'est préparé en conséquence des adversaires qu'on affrontait. Et on a gagné plusieurs matchs offensifs.»

Pourquoi en parler? Car si sa stratégie n'est pas uniforme à celle des autres clubs de la ligue, reste que ç'a donné de bons résultats.

En comparaison avec l'an un, les Flames ont doublé le nombre de victoires (de sept à quinze), ont diminué de 33% les défaites (passé de 42 à 28), ont marqué plus de buts, en ont concédé moins et n'étaient qu'à une victoire de participer aux séries éliminatoires.

Une situation qui aurait pu être différente si ça n'avait pas été du faux départ. Après avoir signé sa première victoire, Lavergne a dû attendre 17 autres matchs avant d'en ajouter une deuxième. En enlevant ce début de campagne décevant, la formation buckinoise joue aux alentours de ,500 et se qualifie sans problème pour le bal printanier.

«Et même là, je ne veux pas juste qu'on fasse les séries. On peut faire beaucoup plus que juste ça. Après deux semaines, je suis confiant qu'on peut connaître une bonne saison. Je me suis entouré d'assistants que je connais et avec qui j'ai déjà dirigé. Et on a un bon groupe de joueurs», a souligné Lavergne.

On le ressent: l'entraîneur des Flames respire la confiance. Dans la dernière saison, des joueurs se sont greffés à l'alignement, donnant un coup de pouce. Non seulement du point de vue offensif, mais aussi au niveau de la mentalité.

Les joueurs ont adhéré au système et à la philosophie de l'instructeur en chef, donnant ainsi une identité propre au club junior AAA, qui évoluait quelques années auparavant au niveau inférieur en Ontario.

«On a changé la mentalité. On ne veut pas que les joueurs viennent ici en se disant qu'ils vont terminer leur carrière junior. On veut qu'ici ce soit le commencement pour qu'ils aillent jouer en Europe, dans la ECHL, continuer aux études aux États-Unis ou au Canada.»

«Et sinon, qu'ils se donnent à 110% pour gagner tous les matchs. On ne veut pas qu'ils viennent jouer ici pour avoir du fun. On veut des guerriers», a ajouté Jean-François Lavergne qui a surtout roulé sa bosse avec les équipes de la structure intégrée de l'Intrépide.

L'entraîneur des Flames peut se réjouir. Si tout va bien, il pourrait compter sur pratiquement le même top 6 à l'attaque que l'an dernier, comprenant Joey Brennan, Philippe Pelletier-Leblanc et Anthony Beauchamp, entre autres.

Des hockeyeurs et des étudiants

Les résultats obtenus sur la glace sont une chose. Les résultats sur les bancs d'école en sont une autre, mais Jean-François Lavergne vante l'organisation sur ces deux aspects.

Tant il a le support des propriétaires et actionnaires quand il a une idée pour améliorer l'équipe, tant les membres de l'organisation sont toujours là pour aider leurs joueurs à l'école.

Depuis deux ans, les Flames reçoivent le titre de l'Étudiant de l'année. Après Mathieu Boily, Benoit Villeneuve a eu pareil honneur il y a quelques mois.

«On se démarque à ce chapitre à travers la ligue. Il y a un beau travail d'équipe avec l'Alliance Sport-Études. Oui, on a gagné deux fois le titre d'Étudiant de l'année, mais on est aussi le club avec le moins d'échecs scolaires et ça c'est tout aussi important.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média