Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 Octobre 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Les maires réfléchissent sur le compostage

MRC Papineau

MRC Papineau

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin

ENVIRONNEMENT. Avec Lochaber-Canton, Papineauville qui le font depuis près de trois ans, Plaisance qui débutera en novembre et Thurso qui a annoncé qu’elle obligera ses citoyens à composter en 2020, l’implantation du compostage s’est invitée dans les discussions au conseil des maires du 17 octobre de la MRC de Papineau.

Avec le gouvernement du Québec qui bannira les matières organiques des sites d’enfouissement en 2022, l’ensemble des municipalités de la province, dont celles de la MRC de Papineau, devront commencer à composter dans les prochaines années. «2022, c’est demain!», affirme le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon. Il soutient qu’au début de la prochaine année, la MRC tentera de trouver des moyens pour accompagner les municipalités dans leur virage vers le compostage. Il propose que les 24 municipalités du territoire transmettent, par voie de résolution prochainement, la compétence à la MRC pour mettre sur pied un «projet régional conjoint» en négociant une entente régionale pour la collecte et l’enfouissement du compost.

«La réalité n’est pas la même dans toutes les municipalités au niveau de la cueillette et de la façon dont on doit l’appliquer. La MRC devrait avoir la compétence d’aller négocier une entente globale au même taux pour l’ensemble des municipalités, comme elle l’a fait avec l’entente qu’il y a avec Lachute pour l’enfouissement de nos déchets. Avec l’ensemble du tonnage de la MRC, on serait mieux outillé pour négocier quelque chose à bon prix pour l’ensemble des municipalités à la place que les 24 municipalités négocient individuellement. Avec le plus de tonnage possible, on va avoir le meilleur prix possible», croit-il. M. Lauzon précise que la MRC de Papineau a fait la demande pour être ajoutée à une étude d’une Chaire de recherche de l’Université de Montréal à propos des matières résiduelles en Outaouais.

Le préfet et maire de Thurso précise que le but n’est pas de bousculer les municipalités, mais plutôt de les accompagner dans leurs démarches lorsqu’elles voudront commencer à composter. Dans sa propre municipalité, il indique que du travail de sensibilisation débutera à l’été 2019, alors que deux étudiants seront engagés à cet effet. «On est encore mélangé entre les bacs bleu et vert et on ne fait pas encore le tri comme il faut. De rajouter tout de suite une troisième poubelle brune, je pense que ce ne serait pas responsable de ma part. On va sensibiliser les gens et leur montrer comment faire pour être capable d’avoir le moins d’impacts possible quand on va commencer», dit celui qui trouve important de prendre exemple sur les municipalités qui compostent déjà.

Des municipalités «avant-gardistes»

Pour la MRC de Papineau, Papineauville et Lochaber-Canton, sont considérés comme «avant-gardiste» au niveau du compostage qu’elles ont implanté dans leur localité il y a près de trois ans. «Notre souhait c’est que ce soit uniforme sur l’ensemble du territoire pour ne pas que les gens disent : Vous vous acceptez ça dans votre compost, mais pas l’autre. On a intérêt à partager nos connaissances pour que ce soit uniforme. Ça fait déjà deux ans et demi et on voit une augmentation cette année du taux de composte d’environ cinq tonnes par mois», explique le maire de Papineauville, Christian Beauchamp.

De son côté, le maire de Lochaber-Canton, Alain Gamache, est content d’avoir pris ce tournant il y a quelques années et estime que ses citoyens étaient prêts. «Il ne faut pas sous-estimer nos résidents, car ils sont rendus-là. Ce n’est pas parce qu’on est en campagne qu’on ne peut pas faire de composte», souligne le maire qui spécifie qu’il est conscient que ce n’est pas toutes les municipalités qui sont rendues au même endroit à ce niveau. Il spécifie qu’environ 18% des déchets ultimes sont aujourd’hui compostés dans sa localité. «Ça va très bien.»

À compter de novembre, ce sera à la municipalité située entre Papineauville et Lochaber-Canton sur la route 148 de commencer à faire la collecte du compostage. Le maire de Plaisance, Christian Pilon, avoue s’être inspiré de ce qui s’est fait dans les localités voisines. «Les erreurs qui ont déjà été fait à Lochaber et Papineauville, on va essayer de les éviter», dit-il.

Dans d’autres municipalités, la collecte future des bacs bruns commence à être discutée, dont à Montebello où on envisage de l’implanter en 2020. «C’est une obligation qu’on a dans la MRC de faire un tournant vers le compostage. On dirait qu’on se met la tête dans le sable, qu’on ne le fait pas et qu’on laisse chacune des municipalités s’organiser avec le trouble. Ça va devenir une réalité auquel on va devoir faire face, il va falloir dépenser pour des bacs et des collectes. J’apprécierais qu’on ait un peu de support de la MRC pour regrouper l’information et avoir un enlignement global vers où on s’en va et où on veut aller», demande le maire de Montebello, Martin Deschênes.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média