Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

22 novembre 2018

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Océane aura sa maison

Grâce à la participation de plusieurs partenaires, la jeune Océane pourra bientôt avoir sa maison dans laquelle elle pourra se déplacer et participer aux tâches ménagères.

C’est à L’Ange-Gardien que la famille de Masson-Angers va pouvoir s’installer au printemps dans une maison de Construction La Vérendrye dont les travaux de construction viennent de commencer.

C’est la mère d’Océane, Vicki McKenzie, qui avait approché Marc Landry lorsqu’elle envisageait la construction d’une nouvelle maison qui répondrait aux besoins d’Océane. «Je m’étais fait mal il y a deux ans à descendre les escaliers. J’ai dit à mon mari que je ne peux plus vivre dans notre maison. Elle va juste grandir et je ne pourrai plus la descendre. Alors j’ai commencé à faire des dessins de ce dont j’avais besoin. Et éventuellement, quand la maison a été dessinée, j’avais besoin de savoir combien ça allait coûter pour la construire.»

Connaissant Marc Landry, elle lui a demandé combien pourraient être les coûts. Quand il a connu l’histoire d’Océane, il a décidé de s’impliquer pour aider la famille, explique Mme McKenzie. «Il a approché ses sous-contracteurs avec l’histoire. Il a demandé s’il y en avait qui ont embarqué dans le projet. Ils ont donné du matériel et du temps pour permettre de descendre les prix.»

Près de 25 entreprises ont répondu à l’appel du constructeur et accepté d’appuyer ce projet. «C’est incroyable de savoir qu’il y a des gens tellement gentils pour des étrangers, mentionne Vicki McKenzie. Je ne les connais pas et ils n’ont pas hésité à embarquer. Ça nous touche tellement de voir ça. Sans eux, on n’aurait pas pu le faire.»

Maison adaptée

La nouvelle maison en construction aura un étage en plus d’un sous-sol. Elle sera adaptée pour permettre à Océane de se promener partout dans la maison et pourrait même accueillir un ascenseur pour lui permettre de descendre au sous-sol où elle pourra rejoindre ses frères. La salle de bain sera elle aussi aménagée pour répondre aux besoins d’Océane.

Ce changement d’environnement sera bénéfique pour Océane, affirme sa mère. «Ça va lui permettre d’atteindre beaucoup plus de choses que je sais qu’elle est capable et qu’elle sait qu’elle est capable, note-t-elle. Le potentiel est là, c’est l’environnement qu’on n’a pas pour qu’elle puisse progresser.»

Présentement, Océane souhaite apporter sa contribution, mais elle n’est pas en mesure de le faire. «Elle veut aider. Par exemple, elle aime faire le lavage. Mais je ne peux pas la laisser faire, elle ne rentre pas.» Dans la nouvelle maison, elle pourra le faire.

Et ce sera aussi un grand changement pour toute la famille, ajoute Vicki McKenzie.  «Ça veut dire qu’on n’aura pas besoin d’être ses mains et ses pieds 24 heures par jour. On a tous hâte de la voir indépendante.»

La maison a été pensée pour devenir la maison familiale pour toute la vie d’Océane, explique sa mère. Plus tard, elle pourra avoir ses appartements au sous-sol où il y aura une cuisinette et une salle de bain adapté.

Battante, avant même de naître

La jeune Océane n’était pas encore sortie du ventre de sa mère que déjà elle devait se battre pour réussir à survivre.

L’histoire d’Océane n’est pas banale au point de vue médical.  Alors qu’elle était enceinte de 30 semaines, Vicki McKenzie et son époux ont reçu la nouvelle choc. Le cœur de son bébé ne fonctionnait qu’à 25%.

Le Centre hospitalier pour enfants de l’Est ontarien les envoie à Toronto où une chirurgie expérimentale peut les aider. Mais il y a un gros problème. Elle a été tentée trois fois et aucun des bébés n’a survécu. «On s’est dit qu’on pouvait la perdre là ou à la naissance, explique Vicki. Alors, on a dit oui.»

L’opération faite au bébé toujours dans le ventre de sa mère aurait permis de donner un mois de plus à la grossesse. Mais finalement, il a fallu sortir la petite Océane avant terme. «Tout de suite, ils l’ont opéré. Ils sont entrés dans son cœur et ouverts ses valves. Ils l’ont fait trois autres fois après. Et elle a eu d’autres chirurgies.»

C’est au cours d’une de ces opérations qu’Océane a fait une hémorragie cérébrale. Une hémorragie rare, alors qu’elle s’est produite au centre du cerveau. «La paralysie cérébrale, c’est à cause de ça.»

Ainsi, Océane doit maintenant se déplacer en fauteuil roulant. Elle ne parle pas, ne marche pas et mange en purée. Mais elle est pleine de vitalité et sourit à la vie. «Elle est très intelligente», indique sa mère. D’ailleurs, même si elle ne parle pas, elle comprend très bien autant en français qu’en anglais.

Et elle sait se faire comprendre, ajoute sa mère. «Elle se bat pour tout. Des fois, elle essaye de faire quelque chose et elle me dit de partir quand je veux l’aider.»

C’est pour lui permettre de continuer de se développer que la nouvelle maison sera un atout, indique Vicki McKenzie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média