Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

01 décembre 2018

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Une murale historique pour un anniversaire centenaire

Club de curling de Buckingham

Curling

©Le Bulletin-

Le passé a rencontré le présent et également le futur. Qui plus est, il a été immortalisé à tout jamais et les adeptes du balai et des pierres l’apercevront chaque fois avant de fouler l’enceinte glacée.

L’artiste-peintre Anik Favreau, en collaboration avec Sophie Wilkins, a mis sa touche personnelle en dressant le portrait de 100 ans d’histoire du club de curling de Buckingham sur le mur dans le hall d’entrée, tout juste avant d’entrer pour aller lancer quelques pierres sur l’une des deux glaces

En arrière-plan, à gauche, on voit des hommes devant un amas de pierres de curling. Un peu plus au centre en gros plan, des jeunes qui jouent, dont une jeune fille qui s’apprête à envoyer une pierre.

Puis complètement à droite, une phrase pour souligner le plaisir et la gloire qui ont animé le club le plus titré de l’histoire de la province depuis cent ans déjà.

«Ça lie le passé et le présent. Je me suis servie de photos d’archives du club pour la scène-arrière. J’ai mis une femme comme personnage principal pour illustrer qu’elles sont de plus en plus nombreuses dans ce sport», a indiqué l’artiste montréalaise sur son œuvre qui prend presque 300 pieds carrés de surface.

Bref, le passé et le présent, mais également le futur se rencontrent sur cette murale historique, puisque les jeunes qu’on voit jouer y seront encore pour plusieurs années à s’amuser au curling.

Festivités

Dans le cadre de son 100e anniversaire, le club buckinois mis sur pied par la compagnie de James McLaren au 20e siècle a lancé la semaine dernière les festivités avec une soirée réunissant membres et anciens entre les quatre murs de sa bâtisse située sur l’avenue de Buckingham.

On avait pris la peine de choisir la date de la fondation, soit le 22 novembre, pour tenir cet événement spécial, qui donne le coup d’envoi à une année remplie d’activités pour souligner cet anniversaire.

On a même pu entendre le son de la cornemuse, interprété par Sylvain Jetté, lors de cette soirée de retrouvailles.

Le président du club Jean St-Pierre en avait déjà parlé en long et en large, cet été dans les pages du journal, qu’il voulait tenir un événement en grand pour le centenaire.

«On a d’autres activités au menu. En janvier, on veut tenir un événement à l’extérieur. La date dépendra de la température. Ce printemps, on accueille aussi un championnat provincial junior. Et en mai, on aura un tournoi de golf.»

«Et ce week-end avait lieu un tournoi mixte», prend la peine d’ajouter M. St-Pierre.

Mixte? Lors de la fondation du club, c’était un sport réservé aux hommes. Avec le temps, le club de Buckingham est devenu l’un des premiers à ouvrir ses portes aux femmes.

On ne pourra pas dire que les dirigeants se soient trompés avec cette décision. Le nom d’Agnès Charrette apparaît à de multiples reprises sur les bannières de championnat du club. Cette dame du curling a mis le club sur la carte, elle qui est aujourd’hui la seule femme intronisée tant au temple québécois que celui au Canada.

Outre Agnès, Ted Butler et Pierre Charrette ont également brillé de nombreuses fois au curling entre autres, de même qu’Alain Deschâtelets, l’un des rares à être membre du club du gouverneur général.

Dans les plus grands exploits? Il y en a plusieurs, mais celle qui marque l’imaginaire remonte il y a près de 30 ans. En 1989, quatre équipes du club avaient remporté les grands honneurs sur la scène québécoise. Une marque qui demeure encore inégalée ou battue.

Pas mal pour un petit club qui n’a que deux glaces à sa disposition contrairement à d’autres associations, qui en comptent le double, si ce n’est pas le triple.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média