Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

05 Mars 2018

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Direction États-Unis pour Hugo Gamache

©Photo gracieuseté - Guy Deschênes

JUNIOR AAA. Depuis qu'il a joué au niveau bantam, Hugo Gamache ne s'imaginait pas dans le circuit Courteau, mais plutôt traverser la frontière et jouer pour une équipe universitaire au pays de l'oncle Sam.

Natif de Val-d'Or, le défenseur de 20 ans rêvait de NCAA, la prestigieuse ligue sportive aux États-Unis. Bref, le rêve américain pour l'arrière des Flames de Gatineau.

«Les études ont toujours été importantes pour ma famille et pour moi. On aime le sport, mais la priorité, c'est l'école. Mes parents m'ont déjà puni, quand j'étais plus jeune, en m'enlevant du hockey car mes notes n'étaient pas assez bonnes.»

Gamache ne peut que remercier ses parents. Aujourd'hui, son rêve est sur le point de se réaliser. En fait, ce sera officiel cet été quand il fera ses valises pour l'Université de Fredonia, dans l'état de New York où il deviendra un Blue Devil.

Après avoir reçu quatre offres, les discussions s'étaient intensifiées peu avant Noël. Mais pour l'athlète de 5'10 et 168 lbs, le choix était déjà fait: c'était Fredonia et rien d'autre.

«J'ai toujours été intéressé par aller jouer aux États-Unis. En fait, pour moi, ce serait un deuxième séjour», ajoute Gamache qui a été dans une prep school à Lake Placid de 2014 à 2016.

Là-bas, il a appris l'anglais et son intérêt pour les rangs universitaires américains n'a fait que grandir. L'entraîneur de Fredonia State l'avait d'ailleurs vu jouer, commençant déjà à lui faire part de son intérêt pour le recruter lorsque viendrait le temps d'envoyer les ententes.

«Ce n'était pas facile comme choix. Je sortais de ma zone de confort pour aller dans un nouveau pays que je ne parlais pas la langue. C'était un peu comme me jeter dans la gueule du loup. Mais j'ai appris à me débrouiller tant au hockey qu'à l'école et même dans la vie de tous les jours. Là-bas, j'étais seul. Pas de parent, ni personne pour m'aider.»

L'aîné des enfants du clan abitibien, qui étudiera en gestion des affaires, avait d'abord quitté sa famille à 15 ans pour aller à Amos, soit à 45 minutes de son patelin, dans les rangs midget AAA. Puis, c'était un premier saut aux États-Unis à près de huit de la maison.

En signant avec Fredonia State, c'est la plus longue distance qui séparera le jeune homme de son chez soi: 10 heures de route, sans arrêt.

Bien que les Foreurs de Val-d'Or aient mis la main sur ce défenseur en 2014 via le repêchage, Gamache savait déjà qu'il se tournerait vers ses voisins du sud.

En revenant au Québec en 2016, il s'est joint aux Flames dans le circuit junior AAA, se préparant à entrer à l'Université d'Ottawa en attendant d'être éligible pour la NCAA.

Auteur de 20 points en 35 matchs, Hugo Gamache a bien hâte de revêtir l'uniforme des Blue Devils. Mais il souhaite aussi que son été soit le plus court possible et le printemps long. Il veut faire un bout de chemin avec les Flames avant de devoir quitter à nouveau la Belle province.

«On a l'équipe pour se rendre jusqu'au bout. J'espère que les séries seront longues», croit le principal intéressé qui est l'un des piliers de son équipe à la ligne bleue.

Les séries démarrent

Les Flames de Gatineau ont eu un avant-goût des séries éliminatoires. Pour leur dernier match de la saison régulière, les protégés de Jean-François Lavergne se sont mesurés aux Panthères de Saint-Jérôme, leur adversaire pour le premier tour.

La série 4-de-7 démarrera sur la route pour revenir en sol outaouais pour les rencontres 3 et 4.

Les Flames à l'honneur

Le succès retentissant du club de Buckingham n'est pas passé inaperçu. Deux membres ont été honorés par la Ligue de hockey junior AAA du Québec.

D'abord, Philippe Pelletier-Leblanc a été nommé Joueur le plus utile à son équipe. Auteur de 88 points en 35 matchs, l'attaquant de 20 ans a complété la saison sur le carreau à la suite d'une blessure au haut du corps. Malgré tout, il est demeuré dans le top 10 des compteurs du circuit.

Puis, Luc-André Mauzeroll est reparti avec le titre de Directeur général de l'année. On a tenu à souligner le travail accompli de l'architecte des Flames, qui a œuvré pour bâtir cette équipe, passant des bas-fonds de la cave au top 5 du classement. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média