Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 janvier 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Le Rapibus jusqu’à Buckingham ?

Rapibus

©Le Bulletin-Archives

Le projet du Rapibus pourrait-il se rendre jusqu’à Buckingham dans quelques années ? La Société de transport de l’Outaouais l’envisage à long terme.

Dans l’appel d’offres pour l’étude d’opportunité pour le tronçon entre les boulevards Lorrain et de l’Aéroport, la STO mentionne sa volonté de prolonger le lien structurant jusqu’à Buckingham dans le cadre d’un projet en deux phases. «La seconde phase, à long terme (horizon de plus de 10 ans), prolongerait le Rapibus jusqu’à Buckingham (phase 3B).»

Selon la STO, le prolongement jusqu’à Buckingham a toujours été dans les plans à long terme. Mais rien n’est encore décidé, même si la possibilité a été avancée dans cet appel d’offres.

«On est en compétition avec l’autoroute, indique la directrice adjointe, Service des communications, du marketing et des relations avec la clientèle, Sophie St-Pierre . Tant qu’il n’y a pas un besoin et que l’autoroute convient, ça va être difficile de faire passer ça.»

Martin Lajeunesse

Le conseiller de Buckingham, Martin Lajeunesse abonde dans le même sens. «Moi j’ai manifesté que je ne pourrais pas pousser le projet de Rapibus jusqu’à Buckingham. Entre l’aéroport et Buckingham ou Masson, ce sont des terres agricoles et c’est l’autoroute. Pour moi, ça serait dépasser de l’argent pour rien,»

Pour le conseiller, les autobus pourront emprunter l’autoroute sans problème jusqu’au boulevard de l’Aéroport et ensuite s’insérer dans le Rapibus. Ce qui répondra aux besoins dans l’Est.

  Si un corridor se développait jusqu’à Buckingham, ce ne serait pas avec des autobus, selon lui. «Éventuellement si on s’en va avec le train léger dans l’Ouest, ça serait peut-être une avenue de le regarder avec la track de chemin de fer dans l’Est. À long long terme, ce serait un objectif à d’y aller avec système sur rail.»

Marc Carrière

Le conseiller de Masson-Angers estime aussi que la réalisation du Rapibus jusqu’au boulevard de l’Aéroport sera déjà un gros avantage pour les citoyens de son secteur. «Beaucoup de gens de mon secteur se déplacent en auto pour aller jusqu’à Labrosse, ce qui n’est pas normal.»

Ce qui pourrait toutefois devenir intéressant pour prolonger le Rapibus jusqu’à Buckingham, ce serait les mesures pour le transport actif qui accompagneraient le projet. «S’il y a une opportunité d’aller jusque dans l’est et inclure les déplacements actifs comme le vélo, on serait gagnant.»

Il reconnaît toutefois que le projet coûterait beaucoup d’argent et que la masse n’est possiblement pas assez importante pour cette dépense. «Dans les priorités pour moi, ça serait plus d’augmenter les fréquences, surtout à l’extérieur des heures de pointe.»

Quant à la question d’un train léger pour se rendre à Buckingham, M. Carrière n’y croit pas du tout. «On a pas la masse pour ça, c’est de rêver en couleur. Qui va payer pour ça ? On va y aller par étape. Une chose à la fois, bien faite. Dépenser des milliards pour une masse qu’on n’a pas, ça pourrait être une erreur.»

«Pour le moment, je me concentrerais sur l’autobus. C’est plus économique, plus efficace. Mais il faut le rendre encore plus efficace en augmentant des fréquences et les temps de déplacements surtout à l’extérieur des heures de pointe.»

Commentaires

25 janvier 2019

Vincent Gravelle

Des autobus de soir et de nuit serait bien plus pratique, sauf si vous ne voulai pas que personne travaille de soir ou de nuit, à montreal le taris est est 3.25$ et il y en a! À 4.00$ vous ne l'offrez pas et sérieusement je me demande pourquoi ce n'est pas disponible! Déjà que vos autobus passe au heure ( en journée ) vous pourriez faire un effort! Vù qu'il y a beaucoup de gens qui ne travaille pas de jour et qu'ils sont obligées de payer des grosses sommes en taxi pour allez travailler quand ils les payent vos taxes, voilà pourquoi vous êtes sous développer et que personne ne veux y vivre!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média