Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

27 janvier 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Une semaine pour «créer des doutes» chez les jeunes

Saine habitude de vie

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

À travers plusieurs activités, conférences et kiosques, les jeunes de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin pourront se renseigner et surtout se questionner sur les saines habitudes de vie.

Cette activité se déroulera à l’école secondaire pour une cinquième année à l’initiative de l’animateur de Vie Spirituelle et d'Engagement Communautaire, Yves-Alain Lavoie.

Du 29 au 31 janvier, des activités se dérouleront dans les classes en plus des kiosques représentants différents organismes qui seront présents dans le hall sur l’heure du midi. Des conférences sont aussi prévues pendant la semaine pour les différents niveaux.

Les jeunes pourront notamment tester le simulateur de conduite qui leur permet de voir comment ils conduisent tout en textant au volant. Ce simulateur intégrera aussi cette année la conduite sous l’effet de cannabis.

Publicité

Défiler pour continuer

La persévérance, la détresse psychologique, les boissons énergisantes, l’hypersexualisation, les commotions cérébrales et les activités parascolaires seront parmi les thèmes abordés pendant la Semaine des saines habitudes de vie.

Les élèves pourront aussi rencontrer les gens de l’organisme Itinérance Zéro qui seront présents sur le terrain de l’école avec la roulotte qu’ils utilisent pour offrir des services aux itinérants dans plusieurs secteurs de Gatineau.

Donner des bonnes habitudes

Pour Yves-Alain Lavoie, ces activités visent à amener les jeunes à réfléchir sur les décisions qu’ils ont à prendre. «C’est un endroit où on va poser le doute dans l’esprit des jeunes, explique-t-il. Qu’ils se demandent si c’est opportun pour eux d’agir comme ils le font. Est-ce que ça va leur servir.»

«Des fois, je n’en reviens pas à quel point les jeunes ont très peu de bonnes habitudes, ajoute-t-il. Et ceux qui en ont, ils sont happés par la performance. Nos jeunes sont victimes de notre société de performance. On met plus d’accent sur le savoir-faire que sur le savoir-être et ça se ressent chez les jeunes.»

Chaque génération a ses défis, souligne aussi M. Lavoie. La génération d’aujourd’hui doit travailler notamment sur les relations interpersonnelles qui sont la base, selon lui, des saines habitudes de vie. «On incite les jeunes à développer des relations humaines. Pour moi, c’est ça avoir des saines habitudes de vie.»

D’ailleurs, en lien avec cet objectif, il organise encore cette année les Journées sans cellulaire dans le cadre de cette semaine. Les jeunes pourront décider de laisser leur cellulaire dans la voûte pendant une, deux ou trois journées. «On veut qu’ils vivent l’expérience de ne pas être connecté. Il y a quand même plusieurs jeunes qui l‘ont fait.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média