Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 février 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

La nouvelle surtaxe sur les terrains de plus de 10 acres décriés par les propriétaires

L'Ange-Gardien

Marc Louis-Seize

©Le Bulletin - Yannick Boursier

Des propriétaires de grand terrain vague déplorent l’imposition de la surtaxe par le conseil municipal de L’Ange-Gardien.

Dans son dernier budget, la municipalité s’est prévalue d’une nouvelle disposition de la loi octroyée par le gouvernement québécois pour imposer une surtaxe de 5$ de l’acre sur les terrains vagues non desservis de plus de 10 acres, sauf pour les terres agricoles et ceux qui servent à l’exploitation des carrières.

Lors du conseil lundi soir, des résidents, notamment dans le secteur du chemin du lac Vert, ont contesté cette décision du conseil, affirmant que leur compte de taxes avait doublé et souvent plus en raison de cette surtaxe.

Jocelyn Caron est un des propriétaires touchés par cette surtaxe. Il a des terrains pour 600 acres à L’Ange-Gardien et son objectif est de conserver la forêt. «On essaye de conserver de la nature et on se fait foutre une taxe comme ça. On se dit : c’est quoi l’affaire.»

Il ne sait pas s’il va être en mesure d’assumer cette surtaxe, surtout si ça devient une mesure annuelle. «On pense à vendre», a-t-il indiqué, ajoutant que ce sera un promoteur immobilier qui va acheter et développer ces terrains.

Paul Lemieux, qui a aussi un terrain dans ce secteur abonde dans le même sens. La surtaxe lui entraînera des coûts qu’il aura de la difficulté à assumer. «Je le prends où l’argent ? On vend un morceau de terre?»

Équité

Le maire, Marc Louis-Seize, a mentionné aux propriétaires que le budget de la municipalité avait été difficile à réaliser et qu’il avait fallu trouver des sources de revenus additionnelles.

Il estime que cette mesure était plus équitable pour tous les citoyens puisque les terrains vagues surtaxés ne rapportent pas beaucoup à la municipalité. «Les valeurs foncières de ces terrains-là sont minimes., ils rapportent peu de taxes.»

D’un autre côté, la municipalité se retrouve parfois avec des dépenses supplémentaires pour réparer des chemins endommagés par les camions qui viennent chercher les arbres sur ces terrains vagues ou par le mauvais entretien des barrages de castors. Ces travaux étaient payés par l’ensemble des citoyens, a-t-il affirmé. «Il y a quelque chose qui ne marche pas là-dedans.»

Les propriétaires du chemin du lac Vert soulignent pour leur part qu’ils ne reçoivent aucun service de la ville et qu’ils sont les propriétaires du chemin et qu’ils sont responsables de l’entretien.

«Nos terres ne coûtent rien à la municipalité parce qu’on a zéro service, mentionne Paul Lemieux. Alors tout cet argent-là qu’on leur donne déjà, on a quoi en retour… une surtaxe.»

Le directeur général de la municipalité, Alain Descarreaux, a invité les propriétaires à rencontrer la municipalité pour discuter des cas particuliers.

Par ailleurs, la surtaxe imposée cette année n’est pas automatiquement renouvelée et le conseil devra prendre à nouveau une décision lors du prochain budget.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média