Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

14 février 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Le cellulaire enfermé pendant trois jours

À l’école secondaire Hormisdas-Gamelin

cellulaire

©Le Bulletin - Yannick Boursier

Dans le cadre de la Semaine des saines habitudes de vie à l’école secondaire Hormisdas-Gamelin, plusieurs jeunes ont accepté d’enfermer leur cellulaire pendant quelques jours.

Les Journées sans mon cellulaire permettaient aux participants d’enfermer dans le coffre-fort leur cellulaire pour 24, 48 ou 72 heures. En tout, 35 jeunes ont accepté de relever le défi, dont la majorité pour 72 heures.

Rencontré après avoir récupéré leur appareil vendredi, il n’avait pas l’air d’avoir trouvé l’expérience trop difficile. « Tout le monde fait un gros ``deal`` à propos de leur cellulaire, mentionne Jean-Christophe Lacroix. Ils disent : oh non on ne peut pas le perdre pendant 3 jours, c’est impossible! Ben là, c’est juste un cellulaire.»

Ce dernier a accepté de se séparer de son appareil pour 72 heures. C’était la deuxième année qu’il le faisait. Il avoue que les prix remis pour participer à ce concours l’ont incité à embarquer dans ce projet.

Mais il n’a pas trouvé l’expérience si difficile. «Laisser mon cellulaire à l’école pendant trois jours, ce n’est pas un aussi gros ``deal`` que ça. Je peux m’en passer. Même pendant une semaine je dirais ok.»

Mariesoleil Millette-Bazinet a aussi laissé son cellulaire de côté pendant 72 heures pour répondre à son frère qui trouvait qu’elle était trop souvent sur son appareil. Ça lui a permis de faire des relations humaines, indique-t-elle. «J’ai parlé surtout avec mon neveu. Je m’occupais plus d’eux que quand j’étais sur mon cellulaire.»

Participant aussi pour une deuxième année, elle souligne avoir laissé son téléphone à d’autres moments pour profiter de ses amis. «Un jour ma meilleure amie est venue chez moi. Ce n’était pas pendant le défi, mais on a mis nos cellulaires de côté. On a parlé pendant des heures et on a appris des choses qu’on ne savait pas. Pourtant, ça fait quatre ans qu’on se connaît.»

Pour sa part, Chloé Duguay indique avoir passé plus de temps avec sa famille en enfermant son téléphone cellulaire. «J’ai trouvé ça intéressant. Ça change un peu de ce qu’on fait normalement. Ça nous fait découvrir plus de choses qu’on peut faire à la place d’être sur Internet.»

Elle a profité de cette période pour commencer un casse-tête qu’elle avait reçu il y a quelque temps et auquel elle n’avait pas touché. «J’ai aussi pu lire mes livres d’école», souligne-t-elle.

Déjà, il est prévu que l’activité sera de retour l’an prochain du côté de l’école secondaire. Et quelques nouveautés pourraient aussi s’ajouter.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média