Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 février 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Vers une collecte pour le plastique agricole ?

Les agriculteurs de l’Outaouais pourraient-ils participer à un projet de collecte du plastique agricole ? C’est la question sur laquelle se penche le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO).

Plusieurs villes de l’Outaouais, notamment dans la MRC de Papineau et dans la MRC des Collines de l’Outaouais, ont commencé à signifier leur intérêt pour évaluer la mise en place d’un projet-pilote pour la récupération de ces plastiques.

L’industrie agricole utilise plusieurs plastiques dans son travail. Notamment, il y a celui qui recouvre les balles de foin qu’on voit dans les champs et qui les fait ressembler à des guimauves. Les plateaux à semis sont d’autres exemples.

Présentement, un sondage est en ligne et s’adresse aux agriculteurs. Ce sondage vise d’abord à avoir une idée un peu plus précise de la quantité de plastique utilisée par les agriculteurs.

Mais il permet aussi de sonder ces derniers sur leur intérêt à embarquer dans un projet de collecte et ce qu’ils seraient prêts à faire pour recycler ce plastique. La question des coûts est aussi posée.

Pour Emmanuel Pion du CREDDO, ce sondage n’est que la première partie du projet. «On a lancé le sondage pour connaître les réalités territoriales. L’objectif, c’est de faire parler de ce projet.»

Si les résultats du sondage sont intéressants et que plusieurs municipalités souhaitent embarquer dans un projet-pilote, le CREDDO pourra les accompagner dans les prochaines démarches. Ce qui pourrait se faire dans environ un an et demi.

«Une fois qu’il y a un regroupement d’agriculteurs et une municipalité qui vont s’accorder sur un projet-pilote ou un type de collecte, nous, on va les accompagner pour trouver le financement nécessaire et mettre en place ce projet-là», soutient Emmanuel Pion.

Le CREDDO va aussi jouer les entremetteurs entre ces villes et les entreprises qui pourraient offrir le service. C’est d’ailleurs une autre raison pour tenir ce sondage. Les résultats serviront à démontrer le besoin aux gens qui pourraient offrir une collecte. Même si c’est un projet environnemental, la rentabilité reste quand même un facteur important, souligne M. Pion.

Déjà 80 agriculteurs ont répondu à ce sondage selon les chiffres à la fin du mois de janvier. L’organisme espère encore d’autres réponses dans les prochaines semaines pour augmenter les données.

Les agriculteurs intéressés peuvent participer au sondage à cette adresse  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média