Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

19 février 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Cloé St-Georges remporte le concours oratoire

P.E.I. à Hormisdas-Gamelin

Concours oratoire

©Le Bulletin - Yannick Boursier

Avec son discours sur la taxe rose, Cloé St-Georges a séduit le jury du concours d’art oratoire des finissants du Programme d’Éducation Internationale (P.E.I.) de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin.

La finale de ce concours regroupe chaque année les cinq meilleurs discours réalisés par les finissants de ce programme. Ces derniers doivent alors présenter leur discours devant le public et un jury qui détermine le grand gagnant.

Cette année, la finale opposait cinq étudiantes. Dernière à se présenter, Cloé St-Georges a décidé de parler de la taxe rose, ce principe selon lequel les produits féminins coûtent plus cher que leur équivalent masculin.

Démontrant son point par des exemples, elle a lancé un appel aux décideurs de demain pour que des lois soient changées pour éviter ces taxes déguisées. Le tout sous les yeux du ministre responsable de l’Outaouais et ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

«C’est un sujet qui me tient à cœur, a indiqué Cloé St-Georges après sa victoire. Et je me suis rendu compte, avec le temps, quand j’en parlais aux autres, que le monde ne savait pas trop ce que c’était. Je suis contente d’avoir montré un sujet qui n’était pas assez documenté à mon goût.»

Questionnée sur son appel à l’adoption de nouvelles lois pour contrer cette mesure en présence du ministre Mathieu Lacombe, la principale intéressée souligne qu’elle ne visait pas personne. «Ce n’était pas visé à lui, mais au système dans lequel on vit et j’espère que ça va aller dans les prochaines années.»

Prix du public

Le public présent, composé d’élèves et de dignitaires venus entendre les discours, pouvait aussi voter pour leur coup de cœur. Le prix a été remis à Camille Brunet.

Cette dernière a discouru sur un sujet chaud dans la région, le système de santé du Québec. Elle a notamment affirmé que l’argent était mal utilisé, indiquant que la somme investie pour les soins directs était minime quand on y regardait de plus près.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média