Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

21 février 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Hormisdas-Gamelin se tourne vers la robotique

En classe et en activité parascolaire

Club robotique

©Le Bulletin - Yannick Boursier

Que ce soit dans les cours ou sur l’heure du dîner, la robotique a fait son entrée cette année à l’école secondaire Hormisdas-Gamelin et elle continuera de progresser.

L’école secondaire s’est procuré du matériel EV3, un système qui permet la conception de robot avec des programmes simples adaptés pour une utilisation en classe, de même que des ordinateurs portatifs pour pouvoir créer des robots et de la programmation.

Dans un premier temps, l’équipement est utilisé par le nouveau Club de robotique qui se rencontre trois midis par semaine, soit les lundis, mercredis et vendredis. Présentement le club compte six membres dont deux équipes qui se préparent à participer en avril à la compétition Zone 01 à Ottawa.

Un groupe formé de 13-16 ans ont dû construire un robot qui doit réaliser un parcours avec différents obstacles. Ils sont présentement en train de travailler la programmation après avoir réalisé le robot avant les fêtes.

Un deuxième groupe, formé de deux étudiantes en 5e secondaire, travaille à la création d’un robot qui devra monter une échelle et lancer des boules dans le cadre d’un autre volet de ce concours dont le thème est «Les robots sauvent la vie».

Il est aussi possible de faire des projets personnels comme le dernier membre du club qui a décidé, avant Noël, de réaliser un robot qui allait résoudre le cube Rubik selon des plans trouvés sur Internet.

En classe

Depuis le début février, la robotique a aussi commencé à être utilisée en classe pour certains projets. Ce sont présentement les étudiants de secondaire 3 qui l'utilisent. En mars, ce sera au tour des jeunes en secondaire 5 et finalement en avril, les jeunes en secondaire 4.

C’était un des objectifs en se procurant l’équipement. «La beauté de l’achat d’équipement, c’est que ça nous a permis d’intégrer la robotique dans les classes au parcours scolaire normale», souligne Isabelle Lafrance, responsable du projet.

«C’est une technologie qui est accessible pour les jeunes, mais qui est aussi accessible aux enseignants. Ce n’est pas de l’électronique poussé.» Le système EV3 en lui-même, qui est comme un petit ordinateur, permettra aussi de brancher des appareils en science pour faire quelques projets, ce qui permettra de l’utiliser non seulement en science et technologie, mais aussi dans les cours de science. L’objectif est d’étendre l’utilisation de ce système à tous les niveaux du secondaire dans le futur.

C’est un projet qui répond bien aux aspirations des étudiants, croit Isabelle Lafrance. «Les jeunes au primaire, ils en ont fait. Ils avaient une connaissance de la robotique et ils nous ont amenés à nous intéresser à ça.»

Ça permet de présenter certains aspects de la matière scolaire d’une autre façon et ainsi intéresser peut-être plus les jeunes à ces cours. Et qui sait, ça donnera peut-être aussi le goût à certains étudiants de poursuivre dans ce domaine.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média