Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

22 février 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Eric Pagé se prépare pour une saison importante

Préparation pour se qualifier pour les Jeux paralympiques de 2020

Eric Pagé

©Photo gracieuseté - Le Bulletin

Il a beau entamer sa deuxième saison comme paracyliste, Éric Pagé prend les grands moyens pour avoir l’opportunité de faire sa place sur l’équipe canadienne pour les Jeux paralympiques de 2020.

Dans les dernières semaines, il s’est rendu en Floride où il a participé à son premier camp d’entraînement. «J’ai changé d’entraîneur cet automne, explique-t-il. Il faisait un camp en Floride. Il m’a invité.»

Ce nouvel entraîneur, c’est Eric Van den Eynde, un entraîneur reconnu au Canada et qui a participé à des nombreux Jeux olympiques lui-même. «J’ai appris plein de choses en allant là-bas. On a pu découvrir des choses, on a travaillé fort.»

Il a notamment appris à se faire un peu plus confiance. «J’ai appris un peu plus à me découvrir en tant qu’athlète. Que je devrais me faire un peu plus confiance. Que je suis capable de pousser plus.»

«Des fois j’ai tendance à avoir peur de casser. Je me retiens un peu. Mon coach m’a dit de pousser plus, d’aller explorer. Moi je me limitais. Il m’a dit: Prend tes limites, va voir plus loin. Arrête de te protéger.»

Techniquement il a aussi dû ajuster quelques éléments pour améliorer sa vitesse et son endurance. «Je pédalais trop vite, donc je brûlais plus d’énergie. Je pédale moins vite, mais je vais plus vite.»

À la fin de son camp, il a participé à deux courses, une course sur route de 45 km et un contre-la-montre de 15 km, dans la même journée. Dans les deux cas, il a remporté la médaille d’or dans sa catégorie, un bel encouragement pour la suite. Il a aussi ajouté une médaille d’or au critérium le lendemain.

Standard

Alors qu’il était en Floride, Éric Pagé a réalisé une fois de plus le standard pour le développement. Mais son objectif cette saison est de réussir à faire le standard B pour pouvoir intégrer l’équipe canadienne.

C’est lors du Défi sportif qui se tient à Montréal du 26 avril au 5 mai qu’il aura la chance de réussir cet exploit. Le standard qu’il obtiendra à ce moment déterminera son horaire pour les prochains mois.

Le paracycliste a aussi des objectifs très précis de son côté. L’an dernier, il a participé à sa première Coupe du monde ce qui lui a permis de se mesurer avec les autres athlètes. «Je suis à 10 minutes d’un podium. C’est ce que je dois aller chercher.»

Il sait que le temps commence à manquer pour se tailler une place pour les prochains Jeux paralympiques. Mais il continue de mettre les efforts pour y arriver. «On va faire ce qu’il y a à faire et on verra bien ce qui va arriver», lance-t-il.

Et si ce n’est pas en 2020, ce sera quatre ans plus tard, souligne-t-il. «Si ce n’est pas là, ce sera les prochains. Je vais juste être plus prêt. En général pour atteindre ce niveau-là, ça prend au moins 4 ans. J’en suis à ma deuxième année.»

 

Commentaires

26 fvrier 2019

Chartrand

Vous avez toute mon admiration M Pagé

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média