Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

27 février 2019

Communiqué Outaouais - redaction.outaouais@lexismedia.ca

Trois hommes accusés d'agressions sexuelles

D'autres victimes potentielles recherchées

Michel Giroux

©Gracieuseté

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a procédé hier à l'arrestation de Michel Giroux, 26 ans, Simon Lavoie, 27 ans, et Hasan Demirovic, 31 ans, relativement à des agressions sexuelles.

©Gracieuseté

Des photos de profil utilisées par Michel Giroux selon la police de Gatineau

Des photos de profil utilisées par Michel Giroux selon la police de Gatineau

Des accusations d'agression sexuelle et de vaincre la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance ont été autorisées par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pour les trois hommes. À ces deux premières accusations s'ajoute celle de partage non consensuel d'images intimes pour monsieur Giroux.

Selon trois plaintes reçues au SPVG, dont une fait toujours l'objet d'une enquête, une substance intoxicante aurait été administrée, possiblement du GHB, aux victimes afin de faciliter la perpétration d'agressions sexuelles.

Selon la police, Michel Giroux utilise des applications de rencontre pour entrer en contact avec ses victimes sous sa véritable identité. Après certains échanges, monsieur Giroux invite la victime à le rejoindre chez lui ou à se rendre chez un ami. Dans les cas où la victime se rend au domicile du suspect, elle y constate, à son arrivée sur les lieux, la présence d'un autre homme. Monsieur Giroux mentionne alors qu'il s'agit d'un ami à lui. Dans les cas où la victime accepte de se rendre chez un ami de monsieur Giroux, elle s'y rend en compagnie de monsieur Giroux et l'ami en question.

De l'alcool est consommé et les victimes commencent rapidement à ressentir des symptômes d'intoxication avancée. Elles font état d'une perte d'inhibition et d'un sentiment de paralysie. S'ensuivent des actes sexuels pratiqués sur la victime, auxquels monsieur Giroux et l'autre homme présent prennent part, et ce, malgré l'absence de consentement de la victime.

 Le SPVG a des raisons de croire que monsieur Giroux aurait pu faire d'autres victimes et invite celles-ci à communiquer avec ses enquêteurs en composant le 819 243-2346, poste 6040.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média