Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

26 mars 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

«On va offrir des bouchons à des endroits qui n’en ont pas»

Nouveau pont interprovincial

Pont Masson

©Le Bulletin-Yannick Boursier

L’ajout d’un 6e pont entre Gatineau et Ottawa ne réglera pas la question du trafic mais va plutôt déplacer le problème ailleurs selon le directeur général du Conseil régional en environnement et en développement durable de l’Outaouais (CREDDO), Benoit Delage.

Réagissant à l’annonce du gouvernement fédéral de réactualiser les études sur un autre pont interprovincial,  M. Delage souligne les deux directions différentes que les gouvernements du Canada et du Québec souhaitent prendre dans ce dossier.

«Depuis longtemps le gouvernement investit 75% de son argent dans les routes, indique-t-il. Le président du Conseil du Trésor a dit qu’il voulait changer ça à 50/50. Mais le gouvernement fédéral promet encore aux automobilistes d’injecter de l’argent dans un système qui ne fonctionne pas.»

Pour Benoit Delage, l’ajout d’un autre pont va amener les problèmes de circulation dans un autre endroit. «On va offrir des bouchons à des endroits qui n’en ont pas», croit-il, soulignant que le réseau routier en Ontario est déjà saturé.  

Changement climatique

Même s’il sait qu’un autre pont est demandé en Outaouais, et ce depuis près de 80 ans, Benoit Delage, soutient que ce n’est plus la solution surtout en lien avec les changements climatiques.

«C’est comme si on donnait un pantalon plus large à quelqu’un qui souffre d’embonpoint pour régler son surplus de poids», a-t-il imagé en parlant de l’impact de ce nouveau pont sur les changements climatiques.»

La solution, selon lui, est de travailler sur le trafic induit en lien avec le transport en commun. C’est-à-dire de voir comment les gens peuvent revoir leur mode ou leur habitude de transport en lien avec les nouvelles mesures proposées.

«Il faut revoir les modèles d’aménagement, croit Benoit Delage. On ne peut plus se permettre de développer de la même façon.» 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média