Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

04 avril 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Se préparer pour courir Québec-Montréal

Pendant que les étudiants profitaient d’une journée de congé d’école vendredi dernier, 45 jeunes d’Hormisdas-Gamelin ont passé la journée dans l’établissement scolaire pour se préparer à leur participation à la Course du Défi Pierre-Lavoie.

La Course, c’est un périple de 270 km entre Québec et Montréal qui se fait à relais pendant 30 heures sans arrêt. Chaque école participante peut avoir un maximum de 40 coureurs qui se relayeront à chaque deux kilomètres pour faire la distance.  

«On avait participé à l’année pilote et l’an passé on l’a refait, explique Marie Gaudreau enseignante de français en option sport . Ç’a tellement été un succès qu’on n’avait pas le choix de le refaire.»

Depuis novembre, les jeunes souhaitant participer à cette activité s’entraînent donc à la course. Au départ, ils étaient 55. Certains ont dû changer leur plan et ils sont encore 45. Des choix devront donc être faits d’ici l’événement à la mi-mai pour atteindre la limite permise.

Publicité

Défiler pour continuer

Vendredi, c’était l’occasion pour ces jeunes de vivre à plus petite échelle, ce qu’ils vivront lors de leur participation. Pendant toute la journée, ils ont couru un parcours de deux kilomètres dans les rues autour de l’école.

«Ce qu’on voulait, c’était de sortir les jeunes de leur zone de confort. Parce que ce qu’ils vont vivre, ça sort complètement de l’ordinaire. On leur a donné rendez-vous à 6h30. On prenait le départ pour le premier groupe à 6h45. Ensuite, on a séparé par niveau de course. En alternance, chaque heure, ces groupes-là ont été faire leur 2 km pendant que les autres se reposaient.»

«Souvent, ils ne sont pas habitués au niveau des intervalles, ajoute Mme Gaudreau. Le défi là-bas, c’est que tu cours un certain temps, tu te reposes et tu recours. C’est l’accumulation des kilomètres qui vont faire une différence.» 

Expérience

David Myre fait partie du groupe qui était présent l’an dernier et qui souhaite revivre l’expérience cette année. Ils sont une dizaine d’anciens à toujours faire partie des aspirants et ils peuvent ainsi partager leur expérience avec les autres.

«C’est vraiment le fun, c’est une belle expérience à vivre, souligne-t-il. C’est aussi difficile comme défi. Tu essayes de te pousser le plus loin possible, de repousser tes limites. Ça permet de te dépasser.»

Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour lui l’an dernier ? «Ç’a été de courir la nuit. De devoir se réveiller et aller courir parce qu’on est encore endormi. De courir tout de suite après s’être réveillé c’est difficile. Sur les jambes surtout.»

Son conseil pour ses collègues est de continuer de s’entraîner pour être le plus prêt possible pour cette expérience. Et surtout de rester motivé.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média