Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

30 mai 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

L’art s’empare des lampadaires de l’avenue de Buckingham

Lampadaire

©Gracieuseté- Marie-Eve Rabbath

Une douzaine de lampadaires de l’avenue de Buckingham seront agrémentés d’œuvres d’art au cours de l’été dans le cadre d’un nouveau projet «Arts sur l’avenue».

D’ici la mi-août, les 12 lampadaires choisis pour cette première année se retrouveront avec une sculpture en aluminium réalisée par l’artiste SallyLee Sheeks. «Le but est de redonner à ces lampadaires leur vraie fonction qui est la décoration et de revitalisation de l’avenue», mentionne Diane Fontaine, de l'organisme Traves Art Visuel, instigateur du projet.

«Elle va travailler avec les images environnantes, avec les formes de branches et d’arbres, ajoute-t-elle. Elle va aussi aller chercher les détails de l’architecture néo-victorienne qui sont déjà sur l’avenue de Buckingham.»

Ces œuvres seront illuminées pour ajouter cet aspect en soirée. «C’est pour illuminer l’avenue le soir. Parce qu’il y a très peu de gens qui viennent marcher sur l’avenue. Les gens vont au resto et repartent. C’est pour attirer les gens le soir.»

Deux oeuvres

En plus de ces sculptures sur les lampadaires, le projet prévoit deux autres œuvres installés à différents endroits sur l’avenue. Dans un premier temps, la sculpture de Denis Marceau sera de retour à l’intersection de la rue Maclaren.

Une nouvelle œuvre sera aussi réalisée sur un terrain en face de Branchaud spécialement pour ce projet par Marie-Eve Rabbath  «C’est une œuvre interactive parce que c’est une sculpture-banc. Ce sont trois maisonnettes qui font office de banc.»

Le choix s’est porté sur cette œuvre puisqu’elle permet les rapprochements en invitant les gens à s’asseoir. En l’implantation un peu plus loin sur l’avenue, les organisateurs veulent amener les gens à se promener plus.

Pour réaliser ce projet, les organisateurs ont obtenu une subvention de 47 500$ de la ville de Gatineau dans le cadre du Fonds pour la revitalisation des anciens cœurs urbains dont le but est d’aider à revitaliser ces secteurs.

Ces œuvres sont considérées comme des œuvres éphémères par la Ville de Gatineau. Traces Art Visuel espère de son côté qu’ils pourront être utilisés pour les trois prochaines années. «Tant qu’elle est belle et qu’elle garde sa fonction, elle va rester là», affirme Diane Fontaine. Des ajouts pourraient aussi se faire dans les prochaines années.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média