Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

18 juillet 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Une grande marche dans le sable pour les Déserteuses du Québec

Participantes du Rose Trip au Maroc

Rose Trip

©Le Bulletin-Yannick Boursier

Les Déserteuses du Québec, Chantal Bilodeau, Guylaine St-Amour et Maude Raby-Morin.

Leur équipement, des bons souliers, une boussole, de la crème solaire et beaucoup d’eau… c’est en gros ce qui sera nécessaire pour Chantal Bilodeau, Maude Raby-Morin et Guylaine St-Amour dans leur défi du Rose Trip du 31 octobre au 5 novembre.

Les trois femmes qui se sont baptisées les Déserteuses du Québec ont décidé de participer à cette deuxième année de ce défi dans le désert qui se fait à pied. Chaque jour, elles devront marcher entre différents points en tentant de faire le moins de pas possible.  

C’est Chantal Bilodeau qui est à l’origine de cette aventure. «C’est en lisant un article sur des filles qui revenaient du trophée Rose des Sables que j’ai eu l’idée. Moi, ça fait longtemps que j’ai une obsession là-dessus. Mais je n’étais pas game de le faire parce que c’est cher, tu pars longtemps et c’est en auto.  À la fin, elles disaient que la prochaine fois elle aimerait le faire à pied avec le Rose Trip. Ça, ça me parle. J’en parle à Guylaine. Elle a embarqué. Et après Maude a embarqué.»

Le tout s’est concrétisé rapidement. Elles se sont inscrites au début de l’année et la préparation a par la suite commencé. Comme elles sont des sportives, elle avait déjà une bonne base pour leur préparation. Le reste n’est pas trop compliqué. «Pour l’entraînement, on nous a dit de marcher beaucoup, indique Guylaine St-Amour. Pour l’orientation, ils vont nous donner un petit cours.»

Psychologique

Chaque jour, les trois femmes auront à marcher entre 15 et 19 km dans le désert pour atteindre les différents points. Ce qui sera un défi en soi notamment en raison de la chaleur.

Défi supplémentaire cette année, les organisateurs de l’événement ont décidé de ne pas fournir d’itinéraire aux participantes. «L’an dernier, ils donnaient un road book et fallait s’orienter avec la boussole, explique Maude Raby-Morin. Cette année, la préparation de notre itinéraire, c’est nous qui devrons la faire le soir.»

Ça ajoutera aux enjeux pour les trois participantes. En plus des défis personnels. Mais elles misent sur leur travail d’équipe pour être en mesure de passer par-dessus ces difficultés, notamment psychologiques.

«C’est moi qui les ai embarqués et c’est moi qui ai le plus peur des trois, affirme Chantal Bilodeau. Mais je vais être capable de le faire et je vais être fier de moi. À trois, on va être capable de se pousser.»

«Oui il y a des choses qui nous font peur, confirme Guylaine St-Amour. Les blessures aux pieds, les chevilles, les coups de soleil. Mais je n’ai pas pensé à ça. J’ai hâte de vivre l’expérience.»

«Peu importe ce qui se passe là-bas, l’important c’est qu’on va s’être rendu jusque là et on va prendre les épreuves comme ils vont arriver», estime Maude Raby-Morin.  

Campagne de financement

En plus d’être une aventure féminine, le Rose Trip est aussi une campagne de financement pour deux causes, soit l’Association Enfants du Désert et l’Association cancer du sein, parlons-en!.

Pour participer, les trois femmes doivent amasser une certaine somme qui sera remise à ces causes, en plus de financer leur voyage. Différentes campagnes de financement sont prévues, notamment un partenariat avec Signature Mélisa Parenteau qui offre des forfaits dont une partie de l’argent sera remis aux Déserteuses du Québec. Les trois femmes seront aussi au marché Adonis les 10 et 11 août pour emballer l’épicerie en échange d’un don.

Les gens qui souhaitent contribuer peuvent contacter l’équipe à travers la page Facebook Les Déserteuses du Québec.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média