Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

16 août 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Ouvrir sa porte à des jeunes joueurs de hockey

Une nouvelle de famille de pension pour les Flames de Gatineau

Glazier

© - Le Bulletin

Caroline Glazer a décidé de devenir famille de pension pour les Flames lorsque son fils, Gabriel Lessard, est devenu lui-même pensionnaire.

Profitant de la chambre libre de son fils lui-même partie en pension pour le hockey, Caroline Glazer a décidé de rendre la pareille dans le secteur en devenant famille de pension pour les Flames de Gatineau. 

L’équipe junior AAA de Gatineau accueille en grande partie des joueurs locaux, mais aussi quelques joueurs de l’extérieur choisi lors du repêchage ou invité à un des camps. C’est pour ces jeunes que l’organisation a besoin de famille de pension. 

Caroline Glazer n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure quand l’occasion s’est présentée. «J’ai vu sur le site qu’ils cherchaient des familles d’accueil. Mon fils Gabriel venait de commencer à aller au CHIA à Rockland et j’avais la chambre de libre. Je me suis dit: pourquoi pas. J’essaye ça.» 

«On s’est aussi dit: Il faut payer une pension pour Gabriel. Nous on va recevoir une pension. Ça va remplacer notre gars et aider à payer sa pension.» 

Depuis, elle a reçu deux joueurs en pension des Flames de Gatineau. «J’ai eu une bonne expérience avec les deux, souligne Mme Glazer. C’est une belle expérience. J’encourage les gens à le faire. À ne pas avoir peur.» 

Exigence 

Comme dans toutes les organisations sportives, les Flames doivent exiger certains éléments pour accepter une personne comme famille de pension. Mais rien de trop exigeant. 

«Ils sont venus voir. Il regarde pour s’assurer qu’il y ait une place pour faire leur devoir, qu’ils ne sont pas dans une trop petite pièce, qu’ils ne dorment pas sur un sofa-lit au milieu du salon. À part ça, on demande un repas au moins par jour, le souper en particulier.» 

Pour le reste, les familles de pension peuvent avoir à transporter la personne si elle n’a pas de voiture ou si elle ne trouve pas un autre voyagement. Et elles peuvent aussi imposer certaines règles. «Moi je leur disais simplement: si tu veux inviter quelqu’un, fais juste me faire signe. Je vais te le dire si c’est un bon moment ou pas.» 

Ayant connu cette vie comme pensionnaire, son fils Gabriel souligne que les joueurs, à ce niveau, ne sont pas là pour faire les fous. «Les joueurs sont gentils», mentionne-t-il.  

Et ils sont là pour jouer au hockey, ajoute Caroline Glazer. Elle l’a compris assez vite. Au début, elle cherchait à organiser des sorties pour que le joueur ne s’ennuie pas trop. Rapidement, elle a vu que ça ne servait à rien. «Ils n’ont aucun intérêt à des sorties.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média