Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

12 janvier 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

De l’exercice pour les utilisateurs de 121 Trésors

Gym-max

©Gracieuseté

Depuis quelques semaines, quelques utilisateurs de 121 Trésors vont s’entraîner au Gym-Max pendant une heure aux deux semaines avec un entraîneur privé.

Sous la supervision de Stéphane Lanthier et de sa collègue Vanessa, ils sont une douzaine par semaine à profiter de cette heure pour s’entraîner autant pour le cardio que pour la musculation. Comme il y a deux groupes, leur visite se fait aux deux semaines.

Le projet a débuté après une rencontre fortuite entre l’entraîneur privé et les gens de 121 Trésors. «J’ai été interpellé à aller les voir, indique M. Lanthier. Je me suis mis à jaser avec eux. J’ai réalisé comment ce sont des gens sensibles, des êtres extraordinaires.»

«J’ai dit aux responsables que ça me ferait tellement plaisir de leur faire vivre une expérience extraordinaire, leur donner le loisir d’avoir une autre activité. De les faire sortir de leur univers à eux et les amener en salle.»

Rapidement, le projet s’est concrétisé après des discussions entre les propriétaires du Gym-Max et les responsables de 121 Trésors. «Ils se sont parlés, de coeur à cœur, mentionne M. Lanthier. Ç'a n'a pas été long que ça passé.»

Adaptation

Pendant leur visite au centre de conditionnement physique, les participants ont la chance d’essayer plusieurs appareils et activités. «On adapte vraiment le cours en fonction des gens. On en a qui sont aveugles, on a des gens à mobilité très réduite, des gens autistes, des gens qui ont des déficiences intellectuelles. C’est une variation de personnes. Ça nous amène à être extrêmement présents et nous adapter.»

«On a un plan de match un peu stratégique en arrière de tout ça, ajoute Stéphane Lanthier. Au-delà du plaisir de leur faire vivre une expérience nouvelle, on a l’objectif d’augmenter leur flexibilité, leur mobilité, leur équilibre et de renforcer leur musculature, la posture et le cardio.»

Tranquillement, par différents exercices, ils amènent les participants à repenser leurs habitudes de vie. «Il y en a qui commence à faire un peu plus attention à leur nourriture.»

«Mais le plus important, c’est de leur faire vivre une belle expérience pour qu’ils aient le goût de revenir», soutient-il. Ce qui semble être le cas puisque des discussions sont en cours pour augmenter la fréquence des visites.

Moment présent

Si ce projet vise à apporter du bénéfice aux participants, il permet aussi à Stéphane Lanthier et sa collègue d’en retirer beaucoup. «Autant on ressent qu’on donne durant cette heure-là, quand on sort de notre heure, on a l’impression qu’on a reçu 100 fois plus qu’on a donné.»

«Avec ces personnes-là, un des plus beaux apprentissages que j’ai, c’est d’être présent. Il faut être extrêmement là. Ce sont des gens avec une sensibilité hors du commun, qui sont connectés avec leur cœur et des super bonnes personnes. J’apprends beaucoup beaucoup parce que ça m’amène à laisse un peu le cognitif de côté et aller dans l’accueil, le soi. Eux le sont beaucoup.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média